Le goût de l’ego

Psychologies magazine est une mine. Je n’avouerai pas comment j’ai pu me retrouver sur leur site. Mais le faitLe Couple Gargantua est là : ce merveilleux journal (auprès duquel les pages psy de Notre Temps sur « Vaincre l’incontinence dans sa tête » ou de Biba sur « Il me trompe et j’aime ça » paraissent avoir été écrites par Papa Freud en personne) publie une interview de Carla Bruni-Sarkozy datant… de 2002. La date, évidemment, n’est pas sur la couverture.

Et ce qu’il y a de truculent, c’est que Dame Carla, une fois encore, nous raconte ce qu’elle n’aurait pas dû nous raconter. Non plus que la France est un pays de ploucs qu’elle déteste, non. Mais qu’il y a un type d’homme qu’elle ne supporte pas, mais alors pas du tout!

Question de la journaliste :

Aujourd’hui, votre compagnon est un jeune philosophe. Vous fréquentez plus les intellectuels que les footballeurs…

Réponse de Dame Carla :

Ce qui est insupportable, ce sont les personnalités égocentriques que l’on rencontre partout dans le show-biz. Ce sont ces personnes-là que je ne pourrais pas fréquenter. Les ego démesurés me plongent dans l’ennui.

Puis, LA question qui tue :

Essayez de vous projeter dans dix ans. Quelle vie rêveriez-vous d’avoir ?

Et non, en 2002, Dame Carla ne rêvait pas encore d’être Première Dadame de France. C’est mieux que cela :

Dans dix ans ? Je rêverais d’être psychanalyste.

Il ne faut jamais parler à la presse…

Si le coeur vous en dit, l’intégrale de l’article est on-line.

Bon courage à tous.

Similar Posts:

  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Furl
  • Technorati
  • Wikio FR

2 Responses to “Le goût de l’ego”

  1. mtislav writes:

    Bravo, belle pépite ! Que dis-je le Cullinan !

  2. Nicolas Sarkozy, Carla Bruni et l’amour du petit peuple, ou comment le clan sarkozyste commence à sérieusement s’inquiéter | Le Grand Barnum writes:

    [...] culte du mâle présidentiel et d’obscénité sans la moindre limite, il transformait l’ego de madame en machine à décerveler la population. Et cela jusqu’à ce que les [...]