Brice Hortefeux, Obama et l’immigration

Il y a chez Brice Hortefeux quelque chose de rassurant. De stable. Quelle que soit l’occasion, quel que soit le sujet, on sait que son intervention ne nous déroutera pas. Qu’elle nous permettra de retrouver nos marques. Qu’elle nous offrira un nouveau témoignage de ce que peut être le tour d’esprit propre à la propagande sarkozyste.

Interrogé sur BFM, dans une interview qui, hélas pour lui, a été intégralement retranscrite, Brice Hortefeux livre son sentiment sur l’élection d’Obama.

il y a un côté symbolique, puisque Barack Obama est d’une famille issue de l’immigration, c’est le témoignage que le défi de l’intégration peut être relevé.

Rappelons quand même qu’Obama est américain de naissance par sa mère (donc qu’il n’a pas eu à immigrer ou à s’intégrer). Donc, comme la chose a déjà été notée par certains, pour M. Hortefeux, être Noir, c’est être immigré.

Amusant? Pas tant que cela, dans un pays où les représentants du gouvernement vous parlent sans broncher « d’immigrés de la seconde génération« , et en tartinent des pages dans des rapports ministériels. Un pays, donc, où tu n’es pas immigré (puisque tu es né là) mais où tu es quand même une sorte d’immigré. Un descendant d’immigré. Un citoyen « immigré de seconde génération »…

La chose a au moins le mérite d’être claire: l’immigré, c’est le Noir, l’Arabe, le Chinois… Rarement l’euphémisation, qui sert de bouclier à nos dirigeants et d’arôme de synthèse aux racistes de tout poil, n’aura craqué aussi violemment.

Derrière les grands discours sur « l’intégration », on voit donc apparaître le fond de ce qui tient lieu de pensée à notre Ministre de l’Identité Nationale (je rougis de honte à chaque fois que je lis cet intitulé) : il y a les allogènes, les « autres », et qui le resteront pour toujours, et les comme-il-faut, les « intégrés ».

Et, en bonne logique, si les « immigrés », ce sont les Noirs, les Arabes etc. indépendamment de leur citoyenneté et de leur lieu de naissance (c’est bien ce que suggère M. Hortefeux à propos d’Obama), alors c’est que le critère de la citoyenneté et du fameux « droit du sol » ne compte pas. Donc « les « intégrés », ce ne sont pas les citoyens, « ceux qui sont nés là ». Ce sont des gens qui sont l’inverse des « immigrés ». Soit les pas-Noirs, les pas-Jaunes, les pas-Arabes.

Qu’ils soient nés là, que leurs parents soient nés là n’a aucune importance. Selon les déclarations de notre penseur de l’Identité, l’équation est simple:

  • intégré = Blanc
  • immigré = pas Blanc (soit plus ou moins noir ou tirant sur le jaune).

Donc un immigré blanc n’est pas un immigré. Mais un Noir né citoyen (donc pas immigré) reste un immigré. Donc l’immigré ce n’est pas le mec qui vient de l’extérieur pour s’installer à l’intérieur, c’est le mec qui, même s’il est né à l’intérieur, va rester toute sa vie un mec de l’extérieur… Vous suivez?

Ajoutons à cela le processus d’intégration. Puisque Obama a réussi, il s’est « intégré ». Logique. S’il avait été Blanc, il aurait simplement réussi. Mais comme il est un mec de l’intérieur qui en fait reste un mec de l’extérieur, en réussissant, il se rapproche du mec de l’intérieur qui est vraiment de l’intérieur, même si, en fait, il est de l’extérieur. Qui a jamais dit que Schwarzenegger s’était « intégré », alors qu’il était un immigré et un « modèle d’intégration » pour de vrai?

Donc, alors même qu’il est un citoyen américain qui se fait élire, Obama devient un symbole d’intégration. Difficile de faire mieux sentir que, aux yeux du Ministre de l’Identité, le Noir est un mec de l’extérieur qui doit toujours prouver qu’il veut vraiment être de l’intérieur. Être intégré… Vous suivez?

Bref, aussi flamboyantes que soient les déclarations de notre brillant ministre, le monde de monsieur Hortefeux reste un monde où seule compte la couleur. Être non immigré, donc être intégré, donc, pour ce côté de l’Atlantique (puisque nous ne sommes pas américains, rappelons-le), être français, c’est être d’une certaine couleur. Au moins, c’est simple.

« Fier d’être français« , qu’ils disaient. Mince. Cela va être dur, si être français, cela veut simplement dire être blanc. Ou tout rose avec des plaques rouges…

Similar Posts:

  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Furl
  • Technorati
  • Wikio FR

7 Responses to “Brice Hortefeux, Obama et l’immigration”

  1. Aka 75 writes:

    Alerte sérieuse à l’opposition internet

    La surveillance ne suffit plus, l’identification et l’élimination des leaders internet de l’opposition à Sarkozy est en marche.

    200 000 € pour vous traquer. La gestapo vous cherche.

    http://www.rue89.com/2008/11/09/education-220-000-euros-par-an-pour-surveiller-lopinion

  2. Ysabeau writes:

    J’ai l’impression que vous oubliez tous (que ce soit M. Hortefeux ou le Grand Barnum) qu’il existe aussi des « Français de souche » dont les phénotypes ne sont pas ceux des Français blancs. Et oui, il y a un truc qui s’appelle les département d’outre-mer dont la population est composite, mais bien française et ce depuis des siècles. Et je ne parle pas des territoires d’outre-mer qui ont un statut un peu différent (mais qui sont tout de même française depuis des siècles aussi).

    Il se trouve d’ailleurs les personnes originaires d’outre-mer souffrent plus que la moyenne des autres Français de contrôles d’identités, du fait de leur phénotype qui fait d’eux, euh ben, des des étrangers pas de chez nous…

  3. LGB writes:

    @ Ysabeau

    Ah, eh bien justement, il ne me semblait pas avoir oublié ce point délicat. Il me semble que ce que tu soulèves entre précisément dans la catégorie des mecs de l’intérieur qui sont, toute leur vie durant, considérés comme des mecs de l’extérieur…

  4. Seb writes:

    Bon billet, malheureusement faussé en son sein. Barack Obama est effectivemment d’une famille issue de l’immigration. C’est à dire que ses origines sont Kenyannes si mes souvenirs sont bons.

  5. LGB writes:

    @ Seb

    Non, je ne crois pas que l’on puisse dire qu’Obama est issu de l’immigration.

    Sa mère est américaine de naissance. Son père est kenyan, mais il n’a jamais immigré aux USA.

    Étant fils d’une citoyenne américaine, Obama n’est pas issu de l’immigration. A moins que l’on considère que son père étranger est un immigré, ce qu’il n’est évidemment pas, puisqu’il ne s’est jamais installé aux USA…

    Bref, il me semble quand même que la catégorie de « famille issue de l’immigration » ne s’applique à Obama qu’au prix d’une certaine distorsion de la réalité ou d’un certain trucage linguistique.

  6. Le Juge Ti writes:

    M. Hortefeux a des idées simples et il ne doute jamais, deux qualités essentielles pour le poste qu’il occupe.
    On pourrait rappeler ce souvenir de vacances, raconté lors d’un dîner par Hortefeux lui-même et signalé il y a quelques mois déjà par le Canard enchaîné. Il figure encore sur sa fiche wikipédia, ce qui m’a permis de retrouver le texte :
    « Cet été, sur une aire d’autoroute, je rencontre cinq personnes noires. Comme elles ont l’air de me reconnaître, je vais vers elles pour les saluer et je leur demande: Vous êtes d’où? – De Caen – Oui d’accord, mais vous êtes d’où? – Ben… de Caen. Heureusement, j’ai compris à temps et je n’ai pas insisté. C’est là que j’ai compris toute la profondeur de ma mission »

  7. LGB writes:

    @ Juge Ti

    Merci, cher juge, je n’avais pas réussi à retrouver le verbatim de cet épisode pathétique.

    Ajoutons une déclaration de Notre Président, lâchée en novembre 2007 lors de son voyage aux Etats-Unis:

    « Moi, j’admire les Etats-Unis, parce que Madeleine Albright, Colin Powell, Mme Rice, ce n’est pas des Américains de longue tradition et cela fait plus de vingt ans que votre ministre des Affaires étrangères est un américain venu d’ailleurs. »