Grandeur et décadence du sarkozysme chansonnier

Céline Dion, récemment décorée par Notre Président -qui cherchait à récompenser les services que l’Immense Artiste rendait à la francophonie- vient d’être à nouveau honorée.

Mais pas par la France, ni par son Président, ni par ses médias organes de propagande vautrés dans la servilité.

Par un journal britannique. Musical de surcroît, ce qui présage généralement de choses plutôt âpres.

Notre légionnaire québécoise vient donc d’être couronnée « responsable du pire affront musical de tous les temps », pour une prestation visible ici, et effectivement monstrueuse.

Certes, comme le disait notre camelot de Président,

la France ayant changé, ceux qui réussissent sont les bienvenus.

Mais visiblement (audiblement?), la « réussite » s’évalue parfois selon des critères différents.

Le Sarkozysme en chanson vient de faire un beau couac. Attendons la suite…

Similar Posts:

  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Furl
  • Technorati
  • Wikio FR

4 Responses to “Grandeur et décadence du sarkozysme chansonnier”

  1. Rébus writes:

    C’est surtout les gen s qui écoutent Céliiiiiiinnnne qui devraient être décorés (ou internés on sait pas)

  2. LGB writes:

    Disons d’abord éduqués, puis internés, puis décorés…

  3. Elodie de Paris writes:

    Et si ACDC chantait Celine Dion?
    « Je ddeudeudeudeu danse dans ma tête »

  4. LGB writes:

    Repris par Betapolitique :

    http://www.betapolitique.fr/Grandeur-et-decadence-du-08145.html