Rachida Dati et la question du cumul des mandats

L’Université d’été du PS a été, la semaine dernière, le théâtre d’une petite révolte au sujet du cumul des mandats.

Le militant trouve que les hiérarques en font un peu trop, et certains, comme de juste, voudraient bien voir le gâteau électoral un peu plus largement partagé. On les comprend, hein…

La question du cumul des mandats est souvent rapportée à une autre, évidemment essentielle: celle de la capacité, pour un élu, à assumer les charges liées à chacun des mandats dont il est investi. L’idée étant qu’au delà d’un certain seuil, il ne peut plus faire correctement son travail d’élu.

Certains disent qu’au delà de quatre mandats, l’élu se moque du monde. D’autres fixent la limite à trois, à deux ou, tout simplement à un mandat unique, en arguant qu’un travail politique bien fait exige une attention de tous les instants.

Mais il est inutile de raisonner abstraitement. Tout dépend de la compétence de l’élu concerné, de sa vitesse de travail, de sa faculté de concentration. La véritable question à poser est la suivante : à partir de combien de mandat l’élu concerné atteint-il son seuil d’incompétence?

Evidemment, si l’on aborde le problème de la sorte, on en vient à constater que, pour certains élus, le cumul des mandats commence… dès le premier. Hélas, c’est un fait, certains ne parviennent même pas à supporter la charge de travail que leur impose l’unique mandat qu’ils détiennent.

C’est le cas de notre malheureuse et autotélique ministre de la Justice, celle qui « s’éclate au Pénal » (qui prend plaisir à durcir la législation?) et qui est enceinte-c’est-génial et organise un plan com autour de sa vie privée qu’elle ne veut pas dévoiler, mais qui a décidément beaucoup de mal à faire le boulot d’élu qui lui incombe au Conseil de Paris.

Cela semble évident: il faut interdire le cumul des mandats!

Similar Posts:

  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Furl
  • Technorati
  • Wikio FR

6 Responses to “Rachida Dati et la question du cumul des mandats”

  1. emachedé writes:

    Dans le registre cumul des mandats, mieux vaut aller voir le maire de Meaux.
    Encore plus croustillant.

  2. Le Juge Ti writes:

    « Rempli », « studieux », « concentré » : les mots prennent décidément tout leur sens dans la bouche de Mme Dati !

    Celle qui “s’éclate au Pénal” : cela me rappelle que, pendant la campagne, notre ministre de la justice, alors porte parole du candidat Sarkozy, se rêvait en « ministre de la rénovation urbaine à coups de karcher ». Si on en juge d’après les images de cette séquence mémorable, elle s’éclatait déjà.

  3. Ysabeau writes:

    Je me suis toujours demandée comment on pouvait être député de la Réunion et maire d’Amboise (en Touraine) comme l’a été Michel Debré pendant des années.

    Mais là, j’avoue que dans le genre « foutage de gueule » madame Dati est la grande gagnante.

  4. Aka 75 writes:

    Le cumul, c’est pas le pire. Le pire c’est l’évaluation différée. Il a fait la gueule le patron quand je lui ai dit qu’il pourra évaluer mes résultats à la fin de ma carrière et pas avant.

  5. emachedé writes:

    Disons pas plus que « député-maire » car porter ces idées de sa commune à l’assemblée s’inscrit dans la continuité.
    Mais tout le reste: niet!

    Tout simplement à cause de la charge de travail car il est impossible techniquement qu’un être humain puisse être compétent dans toutes ses missions en étant à la fois: écrivain, maire, président de groupe à l’assemblée, député, consultant pour un cabinet d’avocat pour la fusion d’un grand groupe énergétique avec un autre, membre d’un célèbre « think tank »
    heureusement pour éviter le cumul des mandats, ce personnage a démissionné de son poste de conseiller général.
    Question: qui suis je?

    Sinon le week-end, il peut aussi refaire la plomberie et le carrelage chez vous. Si si!

  6. pranie tapicerek budgoszcz writes:

    pranie tapicerek budgoszcz…

    [...]Rachida Dati et la question du cumul des mandats | Le Grand Barnum[...]…