Pré-rentrée du Barnum – Le retour de Dati, ou la fête du neurone à la Chancellerie

Voilà, c’est dit, Dame Dati a fait sa rentrée. Elle l’a du moins préparée au moyen d’un bel article de propagande publié dans la Pravda où, vous en serez étonnés sans doute, on apprend qu’elle a cédé au nouveau mot d’ordre sarkozyste : elle a… changé. Au point que la Pravda nous parle d’une « nouvelle Rachida ».

À la lecture de l’article, on est à la fois rassuré et inquiet.

Rassuré parce que notre autotélique ministre n’a pas abandonné ce qui faisait le fond de son attachante psychologie. N’ayez nulle inquiétude, elle parle toujours d’elle-même, encore d’elle-même, à l’infini d’elle-même. Et a toujours à la bouche sa merveilleuse ascension et son phormidable parcours, comme autrefois. Et toujours avec un humour de qualité:

Hors de question de « lâcher cette affaire », comme elle le dit à propos de son ministère. Elle qui aime rappeler qu’elle vient de loin, et qu’il faut profiter de chaque seconde qui passe : «Parmi mes copains d’enfance, l’un est devenu un imam salafiste, l’autre est aux Minguettes!», dit-elle en pouffant de rire.

Mais il est bien un domaine où elle a changé. Celui de la compétence. Avant, elle jouait à faire semblant de comprendre de quoi elle parlait. Maintenant, elle souligne d’emblée ses propres limites. Apprenez donc que votre Garde des Sceaux « s’éclate » au Pénal. Mais que veut-elle dire? Qu’elle y comprend quelque chose? Que ça l’intéresse? Elle s’éclate… mystère. En tout cas, cela l’intéresse davantage que la nouvelle Constitution, comme elle nous l’explique au moyen de son lexique affûté:

Le pénal, je m’éclate. La réforme des institutions, c’était moins mon truc

On comprend pourquoi, au cours des débats, elle paraissait ne rien comprendre à ce qui se passait et tuait le temps en jouant sur son portable, comme on peut le voir au détour des vidéos des débats.

C’est que, sur les questions constitutionnelles, nul besoin de réfléchir. Il suffit de prendre ses ordres, de fermer ses neurones (qu’elle nomme « écoutilles »… De grâce, qu’une âme charitable offre un Robert à cette pauvre femme égarée dans le maquis du lexique!) et de « foncer ».

J’ai demandé au président quels étaient ses arbitrages. Ensuite, j’ai fermé les écoutilles et j’ai foncé

Elle a changé, c’est sûr.

Mais la hauteur de vues est toujours au rendez-vous.

LGB vous souhaite bon courage à tous, car la rentrée s’annonce vraiment difficile…

Similar Posts:

  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Furl
  • Technorati
  • Wikio FR

6 Responses to “Pré-rentrée du Barnum – Le retour de Dati, ou la fête du neurone à la Chancellerie”

  1. Le Juge Ti writes:

    Confusion des termes, confusion de l’esprit. Mais qu’attendre d’autre d’une personne qui pousse le mimétisme sarkozyste jusqu’à jouer sans retenue avec son portable ? La vie devient difficile. On se console à peine en se disant qu’avec de tels personnages, la compétence et le bon goût n’en apparaissent que plus éclatants.

  2. Aka 75 writes:

    Ce n’est pas possible, les codes sont choisis parmis des mots clés !!!!!

    Autotélique ? J’ai lu ton autre article et j’ai fait des recherches sur ce mot.

    Je ne suis pas sur qu’il définisse bien la Dati au vu de la définition Wikipédia

    « L’individu autotélique n’a pas un grand besoin de possessions, de distractions, de confort de pouvoir ou de célébrité, car presque tout ce qu’il fait l’enrichit intérieurement. (Csikszentmihalyi, 2005, p149)

    Les individus autotéliques sont moins préoccupés d’eux-mêmes et investissent plus d’énergie psychique dans leur rapport à la vie. (Csikszentmihalyi , 2005, p156)

    Les personnes autotéliques marient une saine fierté de leur individualité et un intérêt authentique à l’endroit d’autrui (Csikszentmihalyi , 2004, p112). »

    Ce n’est pas du tout la Dati-Contreras qui s’enmerde au travail. C’est une narcissique.

    « Le narcissisme désigne communément l’amour qu’une personne vit pour elle-même. Une telle sollicitude envers soi-même est le fondement d’une bonne santé. Toutefois, lorsque l’investissement de soi devient fermé et figé, il génère chez l’individu une tendance à interpréter la réalité en fonction de sa propre personne.

    Le sujet (homme ou femme) a un sens grandiose de sa propre importance. Il surestime ses réalisations et ses capacités, s’attend à être reconnu comme supérieur sans avoir accompli quelque chose en rapport.

    Est absorbé par des fantaisies de succès illimité et de pouvoir. »

    Désolé mais ça, c’est vraiment elle.

  3. LV writes:

    Toutes les vidéos de Torapamavoa censurées chez Youtube !!!!
    Compte FERME !!!
    http://www.dailymotion.com/video/x6lwqx_youtube-fait-taire-torapamavoa-une_news

  4. LGB writes:

    @ Aka

    Cher Aka,

    Oui oui, les codes antispam sont effectivement choisis parmi des mots clés, sélectionnés à la fois pour leur pertinence et leur monstruosité propre.

    La définition de Csikszentmihalyi est intéressante, mais il me semble qu’elle est une interprétation. Je comprends pour ma part « autotélique » comme « ce qui a sa fin en soi ». Cela peut vouloir dire que l’individu est autonome. Ou, négativement, qu’il agit en cercle fermé, uniquement pour lui-même et qu’il se suffit à lui-même, mais de façon pauvre. Je pense que ce sont les deux versants d’une même notion, et que, évidemment, j’ai choisi celui qui était strictement négatif.

    Là où je suis d’accord avec toi, c’est que Dati est effectivement narcissique. Mais dans mon idée, l’autotélique est d’une sorte de narcissique passé au degré supérieur. Car le narcissique attend la reconnaissance des autres. Dati, autotélique au dernier stade, tire sa satisfaction d’elle-même. Cela pourrait faire d’elle un individu moralement indépendant. Manque de chance, cela fait d’elle un pantin.

    Mais je suis prêt à en débattre plus avant…

  5. Rébus writes:

    Dati a changé, elle va sortir sonalbum de la maturité, comme disent les chanteurs ?

  6. Aka 75 writes:

    Malheureusement, le débat va tourner court car plus avant, j’ai bien peur de ne pas pouvoir maitriser le sujet plus que sa surface.

    Je ne me suis intéressé aux maladies mentale qu’à partir du moment où je me suis dit que ce n’était pas possible ces personnes de l’UMP. Qu’une personne équilibrée ne peux pas adhérer à ça. Et effectivement, on voit quelques symptomes de graves dégénérescences) à l’UMP.

    Ta définition autotélique ressemble en partie beaucoup à l’égoïsme vue sur Doctissimo

    « L’égoïste est essentiellement préoccupé de lui-même ; ses choix, ses activités, ses relations convergent vers un même but : ramener tout à soi, s’approprier ce qui lui semble plaisant ; il ne tient compte ni du monde, ni des intérêts extérieurs, ne se soucie pas des autres et organise sa vie pour ne pas être dérangé. S’il entre en relation avec certaines personnes, c’est qu’il pense pouvoir en tirer quelque chose : du prestige, des avantages, du plaisir…

    L’égoïste vit en circuit fermé ; il est comme empêché de voir et d’entendre ce qui ne le concerne pas personnellement ; le monde, c’est lui, le reste est ignoré ! »

    Dati-Contreras est donc une égoïste narcissique dans le stade ultime des deux maladies. On peut en effet rattacher ces deux notions en une seule unité et penser à autotélique pour les définir.

    J’avoue que ce mot me plait parce qu’il fait marcher l’imaginaire quand on le lit. On se dit, c’est trés grave son problème.

    L’autotélique est un égoïste narcissique passé au degré supérieur. Mais il manque quelque chose dans cette définition. Par rapport à la relation de domination avec les autres.