La communication du mépris : Sarkozy et l’esthétique Leader Price

Pour qui s’intéresse au Barnum, un bref détour vers le site de l’Elysée (www.elysee.fr, toujours sans lien direct, car toujours pas envie de générer du trafic) constitue une expérience ludique, instructive et rafraîchissante. Car, contre toute attente, ce site officiel cultive une esthétique faite à la fois de sobriété, de didactisme et de profonde laideur. Ainsi, le malheureux citoyen qui se rend sur Elysee.fr se trouve immédiatement agressé par une bannière absolument confondante :

 

Bannière Elysée

 

Petit halo blanc autour d’une trogne mal détourée, photo présidentielle peu avantageuse et mal cadrée, superposition ignoble de photos translucides, bleu horizon digne de la Chambre de 1919… Bref, une insulte au goût et au graphisme, alors même que la nouvelle interface de Photoshop met le détourage, les filtres et les superpositions élégantes à la portée du premier macaque venu. L’internaute se pose alors une question : est-ce là un choix, ou une simple manifestation d’incompétence et de manque de goût ?

S’il se remémore la laideur de la photo officielle de Notre Président, l’internaute conclura positivement: c’est laid parce que Notre Président a mauvais goût. Notre internaute a tort. Non que N. Sarkozy ait bon goût (restons sérieux). Mais dans un Barnum qui se respecte, toute posture médiatique est le résultat d’une intense cogitation. Rien n’est laissé au hasard. La laideur est voulue. L’esthétique du site Elysée.fr doit se lire comme une stratégie.

Arrêtons-nous un instant, et méditons sur la laideur de cette image. N’évoque-t-elle rien aux victimes quotidiennes de la vulgarité publicitaire que nous sommes ? Une certaine campagne de pub qui sévit en 2007 ? Mais bien sûr ! Photos laides, bleu immonde, images plaquées sans détourage : la dernière campagne pour le café Leader Price !

Leader Price

Attention, le levier de la comparaison n’est pas l’air de profonde intelligence et l’étonnante vivacité qui transparaît chez les deux individus représentés. Seule compte l’esthétique. Et avouons que la ressemblance est frappante…

 

Nous en déduirons donc que Elysee.fr privilégie l’esthétique Leader Price. Qu’est-ce à dire ? Quelle stratégie l’enseigne Leader Price cherche-t-elle à mettre en oeuvre en couvrant les murs de ces immondices visuels ?

 

Le but poursuivi est double:

 

1. Manifester le cheap. Leader Price, en produisant des publicités aussi laides, cherche à prouver qu’elles n’ont pas coûté cher à produire (ce qui est évidemment faux, vu le mirifique cachet que doit toucher Ronaldinho). L’idée est la suivante : nous vendons des produits à bas prix parce que nous ne vous faisons pas payer les coûts d’une communication dispendieuse : regardez, tout est calculé au plus juste, on n’a pas pu se payer un graphiste… Nous nommerons la chose « l’esthétique crevarde ».

 

2. S’adresser à des gens que l’on prend pour des crétins. Comme Leader Price s’adresse à un public globalement désargenté et que l’enseigne est possédée par des milliardaires qui n’ont jamais vu de près la « France-d’en-bas », Leader Price prend les pauvres (soit une bonne moitié du pays) pour des cons sans goût, et cherche à les attirer en leur montrant du laid, de l’immonde, accompagné d’un message parfaitement ridicule (parce que quand même, « faire équipe etc. », c’est nul). Comme si c’était la pub et non l’appauvrissement de la société française qui poussait la population dans des magasins discount…

 

Leader Price pratique donc, sur le plan de l’esthétique comme sur celui de l’accroche, une communication de didactisme méprisant.

 

Tels sont donc également les buts de cette laideur parfaitement assumée par Elysee.fr. Alors qu’Estrosi se paie des voyages à 150 000€ sans la moindre raison et que l’ex-GLAM raque pour tous les déplacements de Notre Président en tournée pour les municipales, Elysee.fr est le seul endroit où Sarkozy met en place l’Etat modeste: c’est laid, ça ne coûte pas un rond au contribuable! Loin du Fouquet’s et du Pornodrome Egyptien, Elysee.fr est la vitrine de la France-d’en-bas telle que nos dirigeants peuvent se la représenter : laide et sans goût. Elysee.fr transpire tout le mépris que peut ressentir la République bling-bling pour un peuple perçu comme un ramassis de ploucs qui n’a pas droit au beau, et qui, de toute façon, est incapable de le détecter et d’en jouir. Retourne chez Leader Price, pauvre con.

 

Mais la stratégie va plus loin, et Elysee.fr cherche aussi à faire passer, au delà du mépris (involontaire), un message politique construit, quant à lui, de manière parfaitement consciente. C’est là que l’on retrouve le didactisme méprisant propre à la stratégie Leader Price.

- Tout d’abord, Elysee.fr surfe sur la vague : « notre esthétique est pourrie, mais on est copains avec des winners »:

Zidane

Comme Leader Price, Elysee.fr nous montre une belle photo de millionaire qui joue à être l’ami des pauvres sur le mode « C’est moche, c’est cheap, et je suis proche de vous ».

 

- Ensuite, en reprenant la cohérence visuelle propre à Leader Price, Elysee.fr souligne combien notre président se soucie de notre pouvoir d’achat. Par un stimulus simple, Elysee.fr reprend de façon subliminale le message Leader Price :

Gagner plus!

Elysée / Leader Price : le combat du pouvoir d’achat !

- Enfin, et plus grave encore, Elysee.fr cherche à expliquer au peuple, forcément attardé, combien on bosse en Sarkozie. Pour qu’on comprenne bien, une petite image nous explique tout bien clairement à chaque fois. Par exemple, la section « communiqués » offre un bel exemple de mise en abyme :

 

Les flashs crépitent

Les flashs crépitent à l’Elysée. Et, con pauvre et donc demeuré, si tu ne l’avais pas compris, te voilà renseigné: clique là, c’est autour de ce point central que révolutionne la République tout entière, sa presse aux ordres et la personne même de ton Président!

 

Ensuite, on nous explique, toujours en images, les fonctions de chacun. Martinon / Incitatus, tout d’abord, il co-mmu-nique :

Un Martinon téléphonique

Air vif, naseaux au vent, crinière brillante : non, pauvre con désargenté et donc intellectuellement limité, Martinon ne se prépare pas à chanter une polyphonie corse ! Il a le portable vissé à l’oreille ! Il co-mmu-nique, il té-lé-phone, il fait le boulot pour lequel il est payé, et il le fait à 400 %, et pas à mi-temps, comme une sale caissière paresseuse : rends-toi compte, même pour la photo, il n’a pas eu le temps de s’arrêter ! On court, on communique ici, on n’a pas le temps de souffler !

Notre Président, lui, il pense fort fort fort :

La pensée en marche

Il pense, il re-pense, il ré-flé-chit, il fait le boulot pour lequel il est payé (avec augmentation, mais seulement entre 9h et 20h pour préserver sa vie avec Carlita car notre jeune marié travaille moins pour gagner plus), et il le fait à 400 %, et pas à mi-temps, comme une sale caissière paresseuse: même pour la photo, il n’a pas eu le temps de s’arrêter ! On pense, on réfléchit ici, on n’a pas le temps de souffler !

 

Ainsi, Elysee.fr pense s’adresser efficacement à la France-d’en-bas: reprenant des références visuelles qu’elle connaît bien, évoquant quelques réflexes pavloviens simples mais efficaces, elle fait passer un message qui, à y regarder de plus près, n’a rien d’évident : à l’Elysée, on bosse comme des fous (?!), on est économe (???), on pense au pouvoir d’achat (????), on est comme vous (!!!!!!).

 

Innovateur et décomplexé, le site Elysee.fr met en œuvre, au plus haut niveau de l’Etat, une communication qui prend les lecteurs pour des arriérés. Ce faisant, elle officialise une véritable communication du mépris.

Haute voltige


 

Similar Posts:

  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Furl
  • Technorati
  • Wikio FR

5 Responses to “La communication du mépris : Sarkozy et l’esthétique Leader Price”

  1. grgrgrgr writes:

    àh la la que l’on est malheureux quand on est pauvre mais il faut travailler plus pour être heureux au moins on s’occupe

  2. Magnifier l’inutile : la petite révolution internet de la com sarkozyste | Le Grand Barnum writes:

    [...] certain nombre de gignolades assez salées, dans la veine du site de l’Elysée dont Le Barnum avait déjà parlé. Bien accrocheur, bien vulgaire, bien facile à comprendre. Bien méprisant aussi, selon la posture [...]

  3. Nicolas Sarkozy aux assises de la recherche, ou l’horreur absolue d’une communication dévoyée | Le Grand Barnum writes:

    [...] canal de propagande officiel, voilà qui prouve que l’Elysée n’a rien abandonné de sa communication méprisante, et qu’il se contrefout au plus haut point du citoyen qui vient lire les communiqués [...]

  4. PROVOKAT writes:

    [Pingback] Blogue du vendredi avant le Superbowl…

    Dimanche c’est le Superbowl. Ne manquez pas les pubs et le spectacle de la mi-temps! En attendant, voici quelques liens.

    Une grande photo pour un grand moment. Une partie de Pong M. le Président? Beau desing, M. le Président.

    404. 1983. 0….

  5. panda writes:

    Concernant la cheapitude du site je vous conseille de lire l’article http://rewriting.net/2008/10/27/les-etats-generaux-de-la-presse-ecrite-de-la-tele-de-lelysee-de-sarkozy/ dont la suite stipule par ailleurs que Nicolas n’a même pas payé pour son site :)

    Bonne lecture donc !